26 septembre 2006

Maman

J'ai une grande nouvelle à vous annoncer. Le genre de nouvelle qui peut vous réjouir car vous vous dites que la vie d'une femme peut être merveilleuse. C'est vrai qu'en étant femme on accède à des joies que les hommes ne connaissent pas comme les régles, la ménopause.

Mais il y a une joie qui dépasse tout, un bonheur qui les vaut tous, c'est la maternité. Et oui, j'ai la joie et le bonheur de vous annoncer que je suis maman. Oui, je connais enfin ce bonheur tout féminin d'être maman, d'être enfin mère de famille.

Une grand bonheur ne venant jamais seul, ce n'est pas un bébé qui a illuminé mon foyer mais 25 bébés...Oui, c'est après une grossesse difficile que j'ai reçu le vendredi 9 septembre la bénédiction de 25 bébés garçons et filles. Je sens qu'enfin je suis une femme comblée, une femme dans toute sa splendeur, dans toute la plénitude de sa femme, bref, une femme Barbara Gould....Leurs premiers mots furent:

"Madaaaaaaaame, je souligne en rouge?"

"Madaaaaaaaaaaaaaaaame, on colle où la feuille?"

"Madaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaame, il ya Truc qui fait rien qu'à m'embêteeeeeeeeeeeeeeer."

"Madaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaame, je comprends paaaaaaaaaas."

Le mieux, c'est vendredi après avoir ramassé les devoirs à la maison, que j'entends un de mes charmants bambins me demander ce qu'il fallait faire pour vendredi exactement, 45 minutes après le début du cours...

Les cinquièmes, c'est petit et mignon mais j'ai pas fait six ans d'étude après le bac pour me retrouver maman sans l'avoir choisi, en plus en prenant la pilule, j'ai 25 gamins sur le dos... des nains incapables de savoir où est leur nez....à qui il faut que je dise tout....

Voilà, la catharsis est faire, je vais essayer de ne pas transfomer ce blog en blog de prof... Help!

Posté par Sissyneck à 11:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Maman

    (ptain, un instant, j'ai cru que t'allais parler de ta mère )

    Et encore l'inconvénient, c'est qu'un enfant normal, autour de 20 ans, à peu près, tu l'as plus au quotidien avec toi, ca finit en général par devenir indépendant.

    Là, ils vont changer tous les ans, mais t'en as jusqu'à 65 ans ;p

    Allez, courage, tu vas t'y faire (j'espere)

    Posté par Mlle Moi, 26 septembre 2006 à 11:21 | | Répondre
  • Wéééé, félicitations !

    Bravo, félicitation, plein de bonheur, tout ça !




    (bon, maintenant je vais lire ta note jusqu'au bout )

    Posté par You des Alpages, 26 septembre 2006 à 22:40 | | Répondre
  • Je compatis

    Que dire de plus? Je vis quasiment la même chose en ce moment.

    Sauf que les seconde, c'est la crise d'ado qu'ils me font subir. Dur dur...

    Bon courage, chère collègue Maman! Depuis mes palmiers du Sud-Ouest, je pense régulièrement à toi et aux palmiers de Nice.

    Posté par Crooke, 26 septembre 2006 à 22:48 | | Répondre
  • mamaaan

    Idem pour moi... sauf que les 6° c'est encore pire; il y en a même qui m'appellent carrément "maman" (quand ce n'est pas "maitresse") en classe...
    mes 5° me paraissent grands et murs à côté des bébés 6°... et dire que j'ai fait 8 ans d'étude et passé une agrég pour ça !!! Finalement, quand on dit qu'être "maman" c'est un métier...

    Posté par Potinija, 27 septembre 2006 à 16:09 | | Répondre
  • Madaaaaammeeu

    Je compatis à mon tour, et si ça peut vous rassurer, je vous confirme qu'à 19-20 ans, ils font encore pareil. Votre cours s'achève, vous rassemblez en hâte vos feuilles pour pas faire poireauter la collègue qui prend la salle après vous et vous levez les yeux... Là, 12 paires d'yeux qui vous regardent et un seul mot d'ordre: "madaaaaammmmeeeu".
    Mais bon, ils sont petits, on les aime, on a l'esprit maternel... faut-il le croire...

    Posté par Nathalie, 27 octobre 2006 à 17:16 | | Répondre
Nouveau commentaire