12 novembre 2006

Questions

S'il y a un truc que je fais bien, c'est faire rire ou sourire mes amies. J'ai toujours été une oreille attentive ( en tout cas, je prétends l'être), quelqu'un doué pour écouter et essayer de remonter le moral. D'ailleurs, on le voit bien, dans ce blog, j'ai toujours fait rire, c'est ce qui plaît en moi. C'est ce qui plaît aux gens.
C'est sûr, on a plus envie de parler à quelqu'un qui vous sourit ou de le lire qu'à quelqu'un qui fait la gueule ou qui est triste.
Le problème, c'est qu'en ce moment, ça ne va pas. Je ne ris plus beaucoup, je suis souvent ailleurs.
Mon problème c'est de savoir ( ça sent sa problématique de dissert): est- ce que je peux continuer à écrire sur ce blog si je ne me trouve pas spécialement drôle?
Depuis que je me suis retrouvée ici, j'ai eu tendance à déserter ce blog, pas envie, en plus, je trouve que depuis que je suis amoureuse, je suis moins drôle, moins mordante, moins cynique aussi. J'ai l'impression de ne plus avoir la morueitude.
En apprenant ma mutation à Nice, tout le monde m'a dit "Mais tu vas avoir le soleil!", oui, pour ça oui, j'ai le soleil, à un point que je regrette une bonne vieille pluie d'automne.
On m'a dit aussi" Avec ton caractère, pas de problème, tu te feras plein de nouveaux amis."
Oui, des copines, j'en ai. On sort de temps en temps ensemble. On en a besoin d'ailleurs. Celles avec qui je sors sont des mutées aussi, des filles un peu paumées, qu'un fonctionnaire a placé arbitrairement ici. Le problème c'est que je n'avais pas besoin de copines en plus, j'allais très bien avec mes copines, mes copines me suffisaient amplement, je n'avais pas besoin de copines en plus. Celles que je vois sont quand même des filles très sympas et on se soutient beaucoup mais bon, c'est pas pareil....
Voilà, je n'ai strictement aucune raison de me plaindre, j'ai un boulot, je suis payée, j'ai un appartement charmant, un copain merveilleux, de supers amies, mais là ça fait quelques soirs que je suis très triste, que je ne vais pas envie de faire grand chose, juste envie d'appeler mes copines, les vraies, celles qui sont loin de moi.
Je sais, ça fait la petite enfant gâtée qui se plaint d'être loin de ses copines et de sa famille, c'est le première fois qu'elle part de chez elle et madame a le blues.
Ben ouais, désolée.

Posté par Sissyneck à 18:58 - Commentaires [10] - Permalien [#]


Commentaires sur Questions

    Euh...
    Bon... Je ne sais pas si mon avis est très objectif, hein... Mais je ne trouve pas que tu sois moins drôle et moins mordante. Quand je te vois ou que je t'ai au téléphone, en tout cas. Et excuse-moi, mais on naît morue, on ne le devient pas : donc tu n'as pas pu perdre ta "morueitude" (the scottfishness of the scottfish ?) ;^)

    Voilà. Je ne sais pas si ça te remonte le moral... Ne vas pas me dire que tu préfères revenir en agreg et ne pas avoir de mec, pour retrouver ton cynisme, parce tu vas m'entendre, hein. Et plus, sérieusement, entre Marot, Cleveland et Saint-Ambroise, pour trouver une once d'humour, faut chercher longtemps !

    Pis, d'abord, on t'aime aussi quand tu es déprimée.

    Posté par Amarante, 12 novembre 2006 à 22:27 | | Répondre
  • Et ben appelles les, les copines, elles sont ravies, de t'avoir au téléphone (faut que je te répète TOUT ce que je t'ai dit l'autre soir à ce sujet? ca fait beaucoup, hein )

    Allez, hop, phoque les palmiers, phoque le soleil, nous on t'aime!

    Posté par Mlle Moi, 13 novembre 2006 à 08:45 | | Répondre
  • Courage ma belle. Je te comprends d'autant plus que je vis ça aussi souvent (avec derrière, la pensée que moi je pourrai rentrer à Lyon bientôt).

    C'est vrai que ce n'est pas facile de vivre loin de ceux qu'on aime, on a l'impression de toujours faire des efforts. Il y a la solitude, bien sûr, à gérer, et les nouvelles rencontres qui sont forcément artificielles au début.

    Bref, on se perd un peu. Moi-même je craque parfois et les jours d'IUFM, heureuse d'avoir enfin du monde à qui parler, je me lâche et papote à tort et à travers, pour me reprocher ensuite d'en avoir dit trop.

    Tout ce que je peux te dire, c'est de tenir bon, et d'essayer de voir ça comme un défi personnel, une sorte d'engagement à devenir plus adulte et plus responsable qu'il faut maintenant tenir, malgré les écueils.

    Enfin, pour ce qui est de la question : to speak ou not to speak, quand ce n'est pas de la comédie... j'ai envie de te dire de ne pas hésiter ; la tragédie et le mélodrame ont également leurs lettres de noblesse... Vois ça comme l'occasion de t'exercer à un nouveau genre, et de recracher un peu ta bile : ça fait du bien. En tout cas j'ai été contente de te lire aujourd'hui : comme le dit Amarante, on t'aime même quand tu es déprimée!

    Posté par Crooke, 13 novembre 2006 à 13:43 | | Répondre
  • Y'a pas de quoi etre desolee de ne pas avoir le moral s

    Des bisous a toi, mademoiselle l'amoureuse.

    Je t'envoie toute la pluie et la grisaille de la Hollande si tu veux ! p
    Enfin, en attendant de pouvoir le faire, je vais deja t'envoyer ces maudits sabots que j'ai oublie dans un coin (shame shame shame on me !).

    Des bises encore !

    Posté par Tippie, 15 novembre 2006 à 18:49 | | Répondre
  • Et si le plus simple…

    …c'était de rire quand on a envie de rire, de pleurer quand on a envie de pleurer, de grogner quand on a envie de grogner, de se taire quand on a envie de se taire, d'être triste quand on a envie d'être triste, et de tout ça tout ça quand on a envie de tout ça tout ça?
    Justement, moi, je ne trouve pas le soleil de Nice enviable parce que c'est tellement mieux quand on va de soleil en crachin, de douceur en tempête, de bleu en gris, de plein en vide.

    Posté par Diogène, 16 novembre 2006 à 11:59 | | Répondre
  • Comme c'est joliment dit )

    Posté par Tippie, 16 novembre 2006 à 16:20 | | Répondre
  • duloc est un monde parfait

    Il me semble que si on ne veut avoir à faire qu'avec des gens toujours en pleine forme, souriants, la bonne répartie à la bouche, positive aietitioude et tout, on allume sa télé, pas son ordinateur...

    Pis oui, c'est pas facile d'être loin de son monde.
    Pis oui, quand on peut pas se plaindre, on se faire plaindre quand même.

    Posté par anita/lilidub, 18 novembre 2006 à 22:12 | | Répondre
  • C'est vrai que tu peux souvent être très drôle ... mais être juste, vraie, émouvante, c'est bien plus rare - et c'est justement ce que tu nous montres ici . Alors, surtout, reste comme tu es , avec tes coups de blues et tes passages à vide - bref, formidablement vivante !

    Posté par Gothic inside, 19 novembre 2006 à 20:01 | | Répondre
  • The Last but not the Least

    comme l impression d arrivée après la bataille mais qd mm je tiens a dire que : JE T AIMEEEEEUH!!! Et pk d abord tu m appelles pas avec ta freebox magique qui fait les appels gratuits?? Je te rappelle que j ai pas de vie que je vis dans un bled paumé (en grece en plus) que j ai pas de mec que j en suis reduite a me taper des serveurs et que j essaye d elever 132 (oui j ai fait le compte... 132) petits grecs (grecs en plus oui tu as bien entendu) QUI SONT MM PAS A MOOOOI!!!!
    Alors, euh, dis toi que à moi aussi il me manque les casse croute au pain quotidien, les tisanes a l arbre a thé et de voir amarante nous apporter le sucre avec son oeil reprobateur, les fous rires debiles sur des trucs tellment debiles que je m en souviens plus (tjrs avec l oeil reprobateur d amarante qui rigolait bien aussi mais qui faisait genre c etait nous les folles) ET PIS D ABORD JE VOUS INVITE TOUS ICI!!! ALLEZ!!!! AVEC EASY JET C EST PAS CHER!!!! ET CA VA EVITER QUE JE ME SUICIDE!!! WOUHOU!!!
    encore une fois : tu me maaaaanques!!!

    Posté par Aspasy, 27 novembre 2006 à 20:16 | | Répondre
  • D'ou la question, en réalité, n'est t'elle pas passé à côté de quelque chose ?

    Posté par zeugme, 26 janvier 2007 à 04:52 | | Répondre
Nouveau commentaire